Votre soutien

Notre travail, ce site internet ont un coût

10€/an

Montant libre
Le jour
Le fond
Les usines et autres
Visites

 799573 visiteurs

 21 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://mineurdefond.fr/data/fr-articles.xml

Lors de la catastrophe de Courrières en 1906, qui a fait 1099 morts à cause d'un coup de poussières, les Compagnies minières se sont rendues compte de l'obligation d'avoir un corps spécial de secouristes. En effet, ce sont les autres mineurs aidés de pompiers civils qui sont partis à la recherche des rescapés.

sauveteur02.jpg


Mais aucun d'entre eux n'était équipé et formé pour ce genre de sauvetage. Les sauveteurs devaient évidemment dégager les galeries et s'équiper de masques pour entrer dans une atmosphère chargée de poussière et de grisou.

sauveteurs03


La ventilation des galeries n'était plus assurée. La France a dû faire appel à des sauveteurs allemands très équipés pour dégager les victimes et rescapés.

sauveteurs05

En 1907, le premier centre d'essais et de recherches est créé à proximité de la fosse 3 de Liévin. Il deviendra le poste central de secours du bassin Nord-Pas de Calais.

sauveteur06

On y formera des équipes spécialisées de sauveteurs ou pompiers-mineurs. Dans le poste central, des galeries étaient reconstituées et on simulait des coups de poussières pour mettre les sauveteurs à l'épreuve.

sauveteur07


La formation était très éprouvante donc réservée à des hommes très sportifs. Tout comme les pompiers actuellement, une cellule de veille était maintenue prête à intervenir.

sauveteur08

En complément chaque siège d'extraction possédait un contingent d'hommes bien souvent agents de maîtrise aptes aux premiers secours et aux interventions au fond.

sauveteur09


 

En Lorraine, Les secours avaient  un chef d'équipe qui était toujours  un porion,  les 4 autres : rippeur  électricien boutefeux  ou ( du personnel fond ).   Le minimum requis était de faire un exercice fond  de  8 heures avec tout l'équipement, un exercice jour   en chambre à fumées de 3 a 4 heures et le reste avec 4 heures en réanimation et le classique du sauvetage. Tout cela durait un mois.

Les exercices  au poste central de secours (PCS) étaient de 24 heures en plus de son poste normal et toujours avec la combinaison anti-feu même la nuit. Intenable en été!

Il y avait 15 a 20 équipes actives par siège plus les équipes de réserve.

Au jour, il y avait peu d'équipe, juste quelques personnes désignées pour des chantiers bien spécifiques comme les stations électriques jour ou lavoirs. Les appareils étaient simples à air comme les pompier. En 1987, Les sauveteurs ont reçu le casque jaune.


 


Date de création : 23/08/2010 @ 16:02
Dernière modification : 27/08/2012 @ 16:49
Catégorie : Les métiers de la mine - Au jour
Page lue 8667 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par jpk30 le 14/08/2013 @ 14:13

La rédaction d'un article sur les mineurs sauveteurs est une très bonne initiative. Si les sites sur le monde de la mine sont nombreux et les accidents du fond souvent évoqués, il est très difficile de trouver des articles sur ces secouristes un peu particuliers. Fils de mineur et spécialiste en prévention et gestion des risques, je vous en remercie.




Les métiers de la mine
Social
Les dates-les personnes
Livres, récits, témoignages...
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
81 Abonnés
Recherche
Recherche