Votre soutien

Vous aimez notre travail, soutenez-nous

10€/an

Montant libre
Le jour
Le fond
 ↑  
Les usines et autres
Visites

 595242 visiteurs

 11 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos

soutenement01.jpg
 

*Les premiers soutènements étaient comme dans les galeries montés en bois. Des piliers en bois maintenaient une poutre de bois pour éviter que le toit de la taille s’effondre.

soutènement bois 1

 

*Avec la modernisation, le métal a remplacé le bois. Des étançons soutenaient une poutrelle en métal.


Plus tard, un grillage a complété l’installation pour éviter les chutes de pierres. Le mineur se glissait sous le soutènement pour arracher le charbon à la veine. Au fur et à mesure de l’avancée des travaux, il fallait démonter l’installation et la remonter quelques mètres plus loin.

On laissait les terrains exploités s’effondrer derrière. C’est ce que l’on appelle le foudroyage. Mais ce système restait long à mettre en œuvre et coûteux en main d’œuvre.

soutènement marchant

 

*Le soutènement marchant est le dernier stade de la modernisation. Comme son nom l’indique, il avance automatiquement au fur et à mesure de la taille.

pile soutènement 1 6 haiilcourt

abbatage (35)

 

 


Un soutènement marchant est constitué d’assemblages de piles. Un mineur actionne les piles une par une au fur et à mesure de l’abattage.

 

Un vérin abaisse le soutènement qui avance et le vérin remonte le soutènement sur le toit de la taille. Derrière le passage des piles de soutènement les terrains sont foudroyés automatiquement. Le soutènement marchant était installé à l’arrière d’un rabot ou d’une haveuse.

 

 


Date de création : 04/02/2010 @ 21:10
Dernière modification : 27/07/2012 @ 21:00
Catégorie : Le fond - Installations-Soutènements
Page lue 8046 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Galibot le 04/06/2011 @ 17:15
J'ai été galibot a la fosse 21 de Harnes dans les années 60 et je me souviens encore de ces atançons qu'il fallait trans porter au pied de la taille lors du montage de cette derniere c'etait un travail de forçat pour nous galibots mais il fallait le faire .
Ensuite on se servait ensuite d'un petit treuil a air comprimé une samia pour les monter le long de la taille j'ai encore le bruit de son sifflement dans les oreilles .
Dans le même genre il y avait aussi le transport de cadre pour alimenter les galeries de traçage c'était vraiment un travail trés épuisant mais comme disait les anciens forgeait son homme .
Amitiées a tous les derniers mineurs de fond de toute les régions



Les métiers de la mine
Social
Les dates-les personnes
Livres, récits, témoignages...
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Captcha reload
Recopier le code :
70 Abonnés
Recherche
Recherche